La concurrence des arômes artificiels


Au début du XXe siècle, la découverte de la vanilline de synthèse porte grand tort au marché de la vanille naturelle.

En 1874, le Dr Wilhelm Haarmann, chimiste allemand, réalise la première synthèse artificielle de la vanilline à partir de coniférine extraite de la résine d’épicéa. Mais d’autres substances à noyau aromatique peuvent aussi servir de base à une synthèse de la vanilline. C’est en employant l’eugénol, extrait des clous de girofle que se développe la production et le commerce de la vanilline de synthèse.

La vanilline de synthèse prend alors peu à peu une place de plus en plus importante dans l’alimentation comme dans l’industrie de tous les produits parfumés. Grâce à son faible coût de production, elle permet de populariser universellement l’arôme de la vanille, mais en imposant en même temps à la vanille naturelle une concurrence sans merci. On estime actuellement la production mondiale de vanilline industrielle à environ 12 000 à 15 000 tonnes par an, alors que toute la vanilline naturelle qui pourrait être extraite de la production commerciale mondiale de vanille représente moins de 50 tonnes par an.

D’autres procédés industriels de fabrication de la vanilline ont de plus permis de tirer profit de matières premières de moins en moins chères : synthèse pétrochimique, synthèse à partir de la lignine des résidus de papeterie, oxydation de la curcumine extraite du curcuma ou préparation biotechnologique par fermentation contrôlée des résidus de pulpe de betterave des sucreries.

Ethylvanilline Parce que la molécule est chimiquement la même que celle présente dans la nature, la vanilline produite industriellement est qualifiée d’« arôme nature-identique ». En application de la réglementation européenne, la vanilline peut être signalée comme ingrédient alimentaire par la simple mention d’« arôme », alors qu’en droit américain il faut parler d’arôme artificiel (artificial flavouring). Dans tous les cas, en revanche, l’appellation d’« arôme naturel » est réservée à l’emploi de vanille ou d’extrait de vanille. Les fabricants de produits alimentaires s’évertuent cependant à suggérer l’idée de vanille, même quand il n’y en a aucune trace naturelle, soit par des formules sans valeur juridique du type « saveur vanille » ou « goût vanille », soit par des illustrations fantaisistes de fleurs de vanille ressemblant le plus souvent à des jonquilles.

source : http://tpe-aromes-vanille.e-monsite.com

Les utilisations de la...

Industrie agroalimentaire et cosmétique, mais aussi...

La crise des années 2000

Le marché mondial de la vanille fut bouleversé lorsque...

La concurrence des arômes...

Au début du XXe siècle, la découverte de la vanilline de...

La production mondiale de...

La culture de la vanille s’est répandue dans diverses régions...

Une épice à la conquête du...

Après avoir importé la vanille en Europe, la précieuse épice...

La découverte de la vanille

C’est au Mexique à l’époque de la conquête du Nouveau Monde, que...