Une épice à la conquête du monde


Après avoir importé la vanille en Europe, la précieuse épice traversa le monde et bon nombre de colons ont tenté d’en maîtriser la culture.

Le monopole mexicain

Le commerce international ne prend de l’ampleur qu’à partir du xviie siècle. La vanille est introduite auprès de la reine Élisabeth d’Angleterre par son pharmacien, Hugh Morgan. Celui-ci en fait parvenir un échantillon à Charles de l’Écluse qui publie en 1605 pour la première fois en Europe une description naturaliste de la gousse en la dénommant Lobus oblongus aromaticus11, l’écale allongée aromatique.
Pendant plus de deux siècles, aux XVIIe et XVIIIe siècles, le Mexique, en particulier la région de Veracruz, conserve le monopole de la vanille. Les Totonaques demeurent les premiers producteurs mondiaux jusqu’au milieu du XIXe siècle.
Toutes les tentatives de faire produire cette orchidée hors de son aire naturelle d’origine se soldent par des échecs. On ignore en effet jusqu’au XIXe siècle que des abeilles indigènes jouent un rôle fécondateur indispensable à la formation du fruit.
La vanille suscite un véritable engouement en Europe. Elle est notamment de plus en plus appréciée à la cour de France. Sous le charme, Louis XIV décide de tenter sérieusement d’introduire la liane à l’île Bourbon. Les diverses tentatives réalisées sous son règne échouent.

Le rayonnement de l’île Bourbon

La première pollinisation artificielle du vanillier est réalisée en 1836 au jardin botanique de Liège par le naturaliste belge Charles Morren, puis en 1837 par l’horticulteur français Joseph Henri François Neumann.
Ce n’est cependant qu’en 1841 qu’un jeune esclave de l’île Bourbon (aujourd’hui La Réunion) de douze ans, Edmond Albius, crée le procédé pratique encore utilisé de nos jours12. Cette méthode de pollinisation, dont Jean-Michel-Claude Richard tente de s’approprier la paternité, fait de l’île Bourbon le premier centre vanillier de la planète quelques décennies seulement après l’introduction de l’orchidée sur place en 1819. À l’abolition de l’esclavage en 1848, on donne au jeune Edmond le patronyme d’Albius, en référence à la couleur « blanche » (alba) de la fleur de la vanille.
La vanille a aussi été longtemps cultivée à la Guadeloupe et à la Martinique ; mais avec le recentrage de l’agriculture sur la canne à sucre et la banane, elle a pratiquement disparu - comme de nombreuses autres espèces autrefois florissantes - pour être remplacée par des importations...

L’essor malgache

Ce sont les planteurs réunionnais qui introduisent vers 1880 à Madagascar la culture de la vanille. Les premières plantations sont faites sur l’île de Nosy Bé. De là, elles prennent ensuite pied dans les régions orientales de la grande île, celles d’Antalaha et de Sambava au climat humide favorable. L’engouement est rapide et la production malgache dépasse les 1 000 tonnes en 1929, soit plus de dix fois celle de La Réunion. Mais le marché manquant de régulation, la vanille connaît cycliquement des crises de surproduction.
Malgré la concurrence d’autres pays tropicaux comme l’Indonésie et l’émergence de nouvelles dynamiques de conquête du marché comme dans l’État du Kerala en Inde, Madagascar conserve toujours aujourd’hui largement son rang de premier exportateur mondial. Madagascar produit 60 % de la vanille dans le monde.

source : wikipédia.fr

Les utilisations de la...

Industrie agroalimentaire et cosmétique, mais aussi...

La crise des années 2000

Le marché mondial de la vanille fut bouleversé lorsque...

La concurrence des arômes...

Au début du XXe siècle, la découverte de la vanilline de...

La production mondiale de...

La culture de la vanille s’est répandue dans diverses régions...

Une épice à la conquête du...

Après avoir importé la vanille en Europe, la précieuse épice...

La découverte de la vanille

C’est au Mexique à l’époque de la conquête du Nouveau Monde, que...